Jérémy Bouquin - Une femme de ménage







Sandra n’est pas une femme de ménage comme les autres. Avec elle, plus de problème : elle vous nettoie une scène de crime en quelques heures. Au lendemain d’un meurtre, d’une vengeance personnelle, pour quelques milliers d’euros, elle vous débarrasse ! Indispensable ? Peut-être un peu trop. En enchaînant les carnages, son meilleur client ne serait-il pas en train de la transformer en complice ? Et pourquoi vide-t-il ses victimes de leur sang ?



L'idée de départ est vraiment très très bonne : une femme de ménage qui nettoie les scènes de crime à la demande des meurtriers ! Sandra est cette femme de ménage très spéciale ; elle a d'ailleurs beaucoup d'outils qui servent initialement pour le bricolage, comme des scies, des marteaux... qui lui servent à découper les cadavres et des litres d'acide pour dissoudre les corps et rendre leur identification impossible. Pourtant, elle ne se prédestinait pas à ce métier ; elle a d'abord été institutrice... Mais ce qu'elle voudrait être par-dessus tout c'est illustratrice pour enfants mais aucune maison d'édition n'accroche à ses dessins proches des films d'horreur (il faut dire qu'avec ce qu'elle voit lors des ménages qu'elle fait, ce n'est pas étonnant).

Sandra est un personnage qui se tient très loin des lecteurs tout comme des autres personnages du livre. Elle est froide, distante. On ne s'attache pas à elle et en aucun cas, on ne s'identifie à elle (et heureusement ! Seriez-vous vraiment prêts à faire n'importe quoi si vous aviez besoin d'argent ?).
C'est seulement avec Roman, son amant marié, le boulanger du village où elle vit, qu'elle devient un peu plus humaine. Mais pensez bien que cette "relation" ne va pas se passer comme prévue.

L'auteur nous propose des phrases courtes, percutantes, qui rythment cette histoire remplie de sang qui gicle, d'articulations qui sautent et de tendons qu'on coupe. Les arrivées sur les scènes du meurtre ainsi que les descriptions du travail de Sandra sont très (trop ?) facilement visualisables !

La fin me laisse sur ma faim ! Je ne m'attendais pas à ça et à mes yeux ça ne colle pas, c'est cousu de fils blancs... En fait, je ne comprends pas pourquoi l'auteur à opter pour une fin comme celle-ci. J'aimerai qu'il m'explique ce qu'il lui est passé par la tête !






Je remercie chaleureusement les éditions French Pulp
et en particulier Quentin qui m'a contacté pour ce partenariat.