Bernard Werber - Les fourmis


Tome 1 de la saga "La trilogie des fourmis"
Lu aux éditions Le livre de poche - 306 pages
(grand format aux éditions Albin Michel)
Science-fiction


<<
Le temps que vous lisiez ces lignes, sept cents millions de fourmis seront nées sur la planète. Sept cents millions d'individus dans une communauté estimée à un milliard de milliards, et qui a ses villes, sa hiérarchie, ses colonies, son langage, sa production industrielle, ses esclaves, ses mercenaires... Ses armes aussi. Terriblement destructrices.
Lorsqu'il entre dans la cave de la maison léguée par un vieil oncle entomologiste, Jonathan Wells est loin de se douter qu'il va à leur rencontre.
A sa suite, nous allons découvrir le monde fabuleusement riche, monstrueux et fascinant de ces "infra-terrestres", au fil d'un thriller unique en son genre, où le suspense et l’horreur reposent à chaque page sur les données scientifiques les plus rigoureuses.
Voici pour la première fois un roman sont les héros sont des... fourmis !
>>

L'histoire s'articule autour de deux récits parallèles qui s'alternent à chaque paragraphe ou presque.
Côté humain, nous suivons Jonathan Wells qui vient d'hériter de l'appartement de son oncle Edmond, un scientifique très secret pour ses proches. L'unique conseil que ce dernier a décidé de donner à son neveu est de ne jamais descendre à la cave du logement qu'il lui a légué. Mais va-t-il l'écouter ?
Coté fourmis, nous avons droit au réveil de la fourmilière à la sortie de l'hibernation et à la vie de ses habitantes. Mais Mâle 327 sent une menace planer sur la cité Bel-O-Kan, seulement les autres fourmis ne semblent pas prêtes à le croire, y compris la Reine. Va-t-il trouver des alliés ? 
 
J'ai commencé ma lecture en étant totalement sceptique ; comment une histoire où les fourmis sont les personnages principaux pourrait me plaire ? Pourtant aujourd’hui, je n'en reviens toujours pas d'avoir autant apprécié le premier tome de cette saga !

Mon cœur n'a pas balancé bien longtemps entre les humains et les fourmis.
C'est pour moi le monde des fourmis que j'ai le plus aimé. Principalement parce que j'ai beaucoup appris. Car oui il y a un côté documentaire très prononcé dans ce livre - pleins de détails sur la façon de communiquer de ces insectes, de se battre, de se nourrir... - même s'il est fortement caché par l'intrigue mise en place, ce qui permet aux lecteurs de ne pas se lasser. Ce qui est sûr, c'est qu'après la lecture de ce livre, on voit les fourmis différemment !
Concernant le récit autour de nos semblables, il m'a laissé un peu de marbre... Seule la question qui nous suit tout le long de l'histoire - comment faire quatre triangles de côtés égaux avec six allumettes ? - m'a vraiment intéressé (car j'aime beaucoup les casse-têtes !)

La chose que j'ai particulièrement apprécié de l'auteur, c'est qu'il n'a mis en avant aucun des deux récits, qu'ils sont traités de la même manière, si bien qu'à chaque nouveau paragraphe, il nous faut quelques secondes pour arriver à savoir s'il nous parle des hommes ou des fourmis. Et puis, malgré toutes les informations que Bernard Werber nous donne, notre lecture reste fluide et prenante !


chez les éditions Albin Michel et Le livre de poche

http://www.albin-michel.fr/images/couv/5/7/5/9782226052575m.jpg        http://www.livredepoche.com/les-fourmis-bernard-werber-9782253063339